You are here

Afrique: Développement durable & société civile

Communication et compte rendu de l'atelier "Afrique: Développement durable & société civile" livré par M. Kamal KHELLAS, expert agrée en management du développement durable, au 3eme Conférence de la Fédération des partis Verts Nord Africainsdu 28 Aout au 30 Aout 2016, à Alger, Algérie.

Les questions liées au développement durable sont de plus en plus abordées à l’échelle plantaire, elles constituent un enjeu majeur dans la mesure où l’explosion démographique qu’a connu la planète a accéléré la mise en évidence de la dichotomie des besoins de plus en plus grandissants face à des besoins de plus en plus rares; Les efforts et les solutions fournis jusqu’à là, par les acteurs du développement durable à travers les différentes COP et dont la finalité est de sauver la maison planète et les espèces y sont vivant, semblent ne pas être trop pertinents, cela s’explique par le croisement d’intérêts entre les acteurs des trois dimensions du développement durable (économique, écologique et sociale) dans lequel chacune des parties prenantes campe sur ses positions lors des négociations où les rapports de force ne sont pas souvent équilibrés.

L’Afrique n’est pas en marge des défis du développement durable, cependant, elle fait face à un retard flagrant en termes de croissance et développement économiques, le rattrapage du ce dernier implique aux pays africains le déploiement d’une importante machine à croissance économique  pour permettre un niveau de vie décent à une majeur partie de la population africaine (600 million de personnes n’ont pas accès à l’énergie électrique et utilisent du bois et du charbon du bois pour cuisiner); le potentiel énergétique de l’Afrique est très important en quantité qu’on diversité entre énergies faucilles (dont les émission de gaz à effet de serre reste de très minime de l’ordre de 3%) et énergie renouvelable ce qui la réconforte dans ses options pour la croissance à base d’énergies propre. Pour ce faire la communauté internationale devrait:

  • S’engager auprès de l’Afrique afin bâtir son model de croissance économique marquant la rupture avec les énergies fossiles et une transition vers les énergies propres;
  • Accompagner l’Afrique développer son industrie d’équipements, ses techniques de production de l’énergie renouvelable, d’installation et de management de ses derniers pour qu’ils contribuent de façon directe dans la croissance économique des pays africains;
  • Renforcer la responsabilité sociétale des entreprises intervenant notamment dans le domaine énergétique.


Par ailleurs la société civile africaine, qui représente une autre richesse en ressource humaine, a évolué durant les dernières années et passé du rôle de contestataire à celui d’acteur et partenaire,  cependant d’énormes efforts restent à déployer  pour atteindre un important niveau d’impact à l’échelle local que globale qui pourraient réduire les déséquilibres en termes d’accès au développement mais aussi en termes de rapport de force dans les différentes négociations sur les questions climatiques et du développement durable de manière générale.

La société civile Africaine est appelée à jouer un rôle de partenaire stratégique dans le processus de concrétisation du développement durable, pour ce faire un travail d’organisation et de structuration reste à faire pour pousser plus loin ses limites et lui permettre de mener à bien sa mission.

  • Développer la coopération entre ONG et associations intervenant en Afrique
  • Rapprocher les visions et constituer une parole commune face au défis communs notamment devant les instances internationale ;
  • Se structure en réseau et en sous réseau pour pouvoir traduire efficacement sur le terrain les stratégies pensée globalement en termes développement  par des actions locale;
  • démocratiser au sein du mouvement associatif la formation et renforcer le savoir et le savoir faire des ONG et association en terme de  management et gestion de projet;
  • Allouer  plus de fond au  financement de projets locaux au niveau des pays africains visant à apporter des solutions pour les problèmes immédiat des populations locales;
  • Renforcer l’approche genre en intégrant le rôle de la femme dans le processus de développement notamment à l’échelle locale des pays africains


Quelques recommandations pour renforcer le travail en réseau : 

  • Etablir la cartographie des compétences des membres du réseau et des personnes ressources ;
  • Définir les besoins du réseau ;
  • Choisir la forme organisationnelle du réseau selon les besoin et objectifs (réseau en noyau, réseau en cercle, réseau en sous réseau ;
  • La charte des réseaux doit être visible et doit sceller les engagements des membres à ses valeurs fondatrices ;
  • Développer une plate forme de communication commune en se servant des TIC qui permettent la diffusion de l’information à grande échelle et en temps réel pour les besoins de recrutement de bénévole, de sensibilisation, d’éducation,  d’alerte … etc.;
  • Inscrire le réseau dans la durée ;
  • S’organiser en centre de ressources pour palier au déficit et terme de compétences et d’engagement collectif ;  
  • Capitaliser l’expérience des ONG et associations africaines entre les membres des réseaux selon les besoins ;  
  • Développer les activités de l’économie verte telle que l’écotourisme et le tourisme solidaires …etc.  dans la perspective de leur professionnalisation ;
  • Renforcer le rôle de la femme et le mettre à profit des réseaux notamment celui de la femme rurale ;
  • Se constituer en force de proposition et appuyer les partis verts dans la lute en faveur des questions écologiques ;
  • Renforcer la coopération ONG- partis verts et se constituer en contre pouvoir et renforcer la voix et la représentativité des verts dans les institutions au niveau national et continental


Conclusion:

L’Afrique est comme le reste du monde un continent qui n’échappe pas au défit du développement durable, la problématique du développement et de croissance de ce continent se pose en trois dimension économique, écologique et sociale, Or l’Afrique dispose de tout les moyens et ressource pour amorcer une dynamique de croissance économique à base d’énergies renouvelables  susceptible de réduire les inégalité sociales entre ses peuples et entre ses classes sociales cela ne peut se faire sans volonté politique des dirigeants africains d’un coté mais aussi sans un fort appui de la communauté internationale

Le développement, par ailleurs, doit s’appuyer sur les ressources humaines des pays africains ses ressources pourraient jouer un rôle très important pourvu qu’elle soient organisées en société civile consciente et sensible aux questions du développement durable mais aussi  formée  et armée par des outils de management et de gestion de projet afin de concrétiser efficacement au niveau local les stratégies réfléchies globalement.

Events

You can also view Upcoming Events   Past Events

Global Green Federations

Get Involved

Social Networks